La discographie du Polo

Tout ce qui concerne la musique, classique, Pop, Rock, Hip Hop, R&B, Rap,reggae, Métal, variétés, Classique, votre collection musicale, albums ou Cd que vous voulez nous faire découvrir.

Modérateur: JiDé

Avatar du membre
Pol
Le frérot du JiDé
Messages: 5286
Enregistré le: mar. 22 déc. 2015 13:10
Localisation: Galice (espagne)
x 4948
Genre:
Zodiaque:

Re: La discographie du Polo

Message par Pol » jeu. 10 janv. 2019 21:15

Symphonie N°9 en ré mineur op.125

Ludwig Van Beethoven (1770 - 1827)
.
La Neuvième Symphonie op.125 semble avoir accompagné Beethoven durant toute sa vie créatrice. Dès 1792, il s'enthousiasme pour l'Ode à la Joie de Schiller(*) et en 1817 il esquisse une œuvre orchestrale avec voix. Puis au fur et à mesure que la composition de la symphonie avance (1822-23) il renonce à un final vocal. Ce n'est qu'à la fin de 1823 que s’opère la synthèse : l'Ode de Schiller vient couronner l’œuvre, exécutée le 7 mai 1824. Les trois premiers mouvements sont puissamment ancrés au final par une introduction qui les remémore un à un. Le "thème de la joie" y fait alors une entrée discrète, presque tendre, aux cordes graves, et commence son expansion. Ce thème, très universellement connu a été l'objet de recherches inlassables de la part du compositeur : on en connait plus de deux cents états. Dans maintes œuvres Beethoven a cherché, au travers d’innombrables esquisses, l'état générateur le mieux approprié à l'expansion d'un thème. Ici, en revanche, il cherche un état idéal de permanence inaltérable, inaltéré, qui sera porté par le chant.
Aussi le final n'en est-il pas un à vrai dire, c'est l'amplification constante, la glorification d'une idée, l'incantation : par quoi ce final porte, au delà des salles de concert, sa destinée d'hymne.

Symphonie N°9 en ré mineur op.125 - 1er mouvement - Allegro ma non troppo
.
Symphonie N°9 en ré mineur op.125 - 2ème mouvement - Scherzo. Molto vivace - Presto
.
Symphonie N°9 en ré mineur op.125 - 3ème mouvement - Adagio molto e cantabile
.
Symphonie N°9 en ré mineur op.125 - 4ème mouvement (avec Ode à la joie) - Presto
.
.
.
Bonus : Un petit flashmob à Nürnberg ? ...
Superbe, fantastique, cela m'émeut tellement de voir, au delà du titre de l’œuvre que je vous présente au dessus, toute la joie et même cette liesse populaire que la musique apporte. La musique est vraiment un langage universel.

(*) Johann Christoph Friedrich (von) Schiller est un poète, écrivain et théoricien de l'esthétique allemand, né le 10 novembre 1759 à Marbach am Neckar et mort le 9 mai 1805 à Weimar. Il fait partie des grands classiques allemand. D'abord célèbre pour ses pièces de théâtre, il est aussi l'auteur de nombreux poèmes et balades devenus des incontournables du patrimoine littéraire allemand.(Wiki)
5 x
aimé par: JiDé, Zaphale, Yopla22, Madame JiDaille, xs4u
Avatar du membre
Pol
Le frérot du JiDé
Messages: 5286
Enregistré le: mar. 22 déc. 2015 13:10
Localisation: Galice (espagne)
x 4948
Genre:
Zodiaque:

Re: La discographie du Polo

Message par Pol » mar. 15 janv. 2019 18:54

Jacques Offenbach (1819-1880)

le roi de l'opérette
.
Image
Connu comme le plus grand compositeur d'opérettes, le roi du divertissement du second Empire, le "Mozart des Champs Élysées" disait Wagner, il a été pour cela aussi fêté d'un côté que mésestimé de l'autre. Parce qu'on s'amuse à "La Belle Hélène" ou à "Orphée aux enfers", on tend à considérer la musique de ses œuvres comme indigne d'être mesurée à celle des grands, alors que c'est une véritable musique d'opéra, ample et inventive.

Jacques Offenbach est un compositeur et violoncelliste français d'origine allemande, né le 20 juin 1819 à Cologne et mort le 5 octobre 1880 à Paris (Wiki). c'est un compositeur de l'époque romantique. De son nom de naissance Jacob Eberst est le fils d'un cantor de la synagogue de Cologne. Originaire de Offenbach-sur-le-Main, il choisit ce nom comme pseudonyme. Il apprend le violon avec sa mère, ainsi que le violoncelle dont il deviendra un virtuose. C'est par des récitals de salon qu'il entre dans une carrière musicale en 1834, avec un répertoire de pièces qu'il écrit pour cet instrument (duos, romances, danses) et qui restent les seules pièces de "musique pure" de sa création.
Particulièrement indiscipliné, il est "viré" du conservatoire de Paris après sa première année d'étude et finit par trouver un emploi comme violoncelliste de fosse dans des orchestres d'opéra-comique. Il travaille la composition, créé "Pascal et Chambord", sans succès, et gagne sa vie comme violoncelliste en tournées en Allemagne, Autriche, Angleterre. En 1844 il épouse Herminie d'Alcain après s'être converti au catholicisme, et aura d'elle cinq enfants.Il finit par accepter le poste de chef d'orchestre à la Comédie-Française.
Il prend, l'année de l'exposition en 1855, la gestion d'un théâtre sur les Champs Élysées qu'il baptisera Bouffes-Parisiens. Il commence à obtenir un succès qui se répand à l'étranger. Il cumule les rôles de compositeur, directeur de troupe, répétiteur de l'orchestre, intervient dans la mise en scène, manifestant son tempérament d'infatigable travailleur.
Après une série de succès obtenus par ses opéras bouffes en un acte, il s'attaque à des entreprises de plus grande envergure. "Orphée aux enfers" avec ses deux actes inaugure la série des grandes opérettes parodiques, irrespectueuses et frondeuses pour l'époque, et lui fait passer le cap décisif. Suivent une multitude de créations dont "La Belle Hélène", "Barbe-bleue", "La Vie Parisienne", "La Péricole", ...

L'ouverture d'Orphée aux enfers, toujours chère au "French cancan" ...


.............. A suivre ...
Modifié en dernier par Pol le dim. 20 janv. 2019 21:04, modifié 1 fois.
5 x
aimé par: JiDé, Yopla22, Madame JiDaille, Zaphale, xs4u
Avatar du membre
Pol
Le frérot du JiDé
Messages: 5286
Enregistré le: mar. 22 déc. 2015 13:10
Localisation: Galice (espagne)
x 4948
Genre:
Zodiaque:

Re: La discographie du Polo

Message par Pol » dim. 20 janv. 2019 20:03

Jacques Offenbach (1819-1880)

le roi de l'opérette . . . . . . . . .(Suite)
.
Suivent une multitude de créations dont "La Belle Hélène", "Barbe-bleue", "La Vie Parisienne", "La Péricole", ...

Il devient la "vedette" du second Empire et de la cour. Il aime, tout en travaillant, vivre en société, s'occuper des autres, et sa réputation est immense. Malheureusement, la guerre de 1870 et la fin du second Empire interrompt cette période heureuse et l'expose à des attaques xénophobes, bien qu'il se soit fait naturalisé français en 1860. il doit quitter Paris quelque temps, puis après les évènements de 1870-1871, tente de repartir avec "Le roi Carotte", "Le Corsaire Noir", "fantasio" (d'après Musset).
En 1872, il prend la direction de la Gaité-Lyrique Où il monte ses œuvres avec plus de faste et de machineries (nouvelle version d'Orphée, le Voyage dans la Lune, le Docteur, Madame Favart, La fille du Tambour Major, ...) . Mais cette entreprise le ruine et, en 1876, il doit abandonner le théâtre et vendre une partie de ses biens. Il entreprend une tournée (triomphale) aux États-Unis pour rétablir sa situation. Souffrant de la goutte (diathèse), il revient, toujours en activité, composant les fameux "Contes D’Hoffmann". Mais il meurt le 3 octobre 1880 avant de les avoir achevés. La première des "Contes d'Hoffmann" a lieu le 10 février 1881 dans une atmosphère de consécration posthume.

Les Contes d'Hoffmann - Suite pour orchestre


.............. A suivre ...
5 x
aimé par: JiDé, Madame JiDaille, Zaphale, xs4u, Yopla22
Avatar du membre
Zaphale
Le chasseur d'images
Messages: 6351
Enregistré le: lun. 21 déc. 2015 20:23
Localisation:
x 20066

Re: La discographie du Polo

Message par Zaphale » lun. 21 janv. 2019 13:27

@Pol, pas trop le temps d'écouter en ce moment mais je garde ça sous le coude, :chinois:
3 x
aimé par: JiDé, Pol, xs4u
Mon psychiatre m'a conseillé d'écrire une lettre aux gens que je déteste puis de les brûler.
C'est fait... Maintenant je fais quoi avec les lettres ?
Avatar du membre
Pol
Le frérot du JiDé
Messages: 5286
Enregistré le: mar. 22 déc. 2015 13:10
Localisation: Galice (espagne)
x 4948
Genre:
Zodiaque:

Re: La discographie du Polo

Message par Pol » mar. 22 janv. 2019 22:30

Jacques Offenbach (1819-1880)

le roi de l'opérette . . . . . . . . .(Suite)
.
Offenbach est un musicien dont la réputation a eu à souffrir de l'absurde hiérarchie des genres : souvent seul l'humour des paroles et des situations place ses opérettes sous le signe du divertissement sans prétention. La musique d'Orphée aux enfers ou de la Belle Hélène égale ou surpasse en invention, en qualité mélodique, en sens dramatique, bien des opéras sérieux. S'il pastiche l'opéra, ce n'est pas pour singer un genre dont il ne possèderait pas l'étoffe ; c'est en grand musicien doué d'une intelligence certaine, d'une ironie et d'un goût pour l'humour, qui lui fait facilement voir toute chose sous un angle drôle. De surcroît, il travailla avec des librettistes de grand talent, extrêmement efficaces dans un humour de parodie et de "non-sens".
On relève toutefois dans maints passages de son œuvre une mélancolie à peine cachée - non pas une mélancolie romantique "spleen" cultivé avec amour, mais mélancolie très humaine et sans pause. On peut le rapprocher de ces burlesques géniaux du cinéma muet (Charlie Chaplin, Harry Langdon, Buster Keaton), ou d'un Boris Vian dont on ne connaitra jamais le vrai visage de l'amuseur.

Extrait de " La Périchole" - "Je suis un peu grise"


.............. A suivre ...
5 x
aimé par: Zaphale, JiDé, Madame JiDaille, xs4u, Yopla22
Avatar du membre
Madame JiDaille
l'Amoureuse du JiDé
Messages: 8193
Enregistré le: mer. 13 juin 2018 15:14
Localisation: Au bord de la mer
x 1803
Genre:
Zodiaque:

Re: La discographie du Polo

Message par Madame JiDaille » mer. 23 janv. 2019 17:28

Suis en train d'écouter l'hymne à la joie. Je suis comme toi cela m'émeut de voir comme la musique peut rassembler et rendre heureux :ok:
3 x
aimé par: Zaphale, Pol, xs4u
"C'est le morceau de sucre qui aide la médecine à couler..." :f19:
.
Avatar du membre
Pol
Le frérot du JiDé
Messages: 5286
Enregistré le: mar. 22 déc. 2015 13:10
Localisation: Galice (espagne)
x 4948
Genre:
Zodiaque:

Re: La discographie du Polo

Message par Pol » mar. 14 mai 2019 20:35

Jacques Offenbach ne déchaine pas les foules, on va l'abandonner ... Et puis pourquoi ne pas parler du grand Wiener Philharmoniker (Orchestre Philharmonique de Vienne), là où il excelle le plus : Les Valses de Johann Strauß (mais pas que ...) !
Wiener Philharmoniker (Orchestre Philharmonique de Vienne)
"Je suis très heureux de nous voir réunis en ce nouvel An, même si cette rencontre n'est vouée qu'à la production d'ondes sonores, de musique en conserve !". C'est ainsi qu' Erich Kleiber (Directeur de l'Opéra de Berlin "Unter den Linden") ouvre l'un des chapitres les plus illustres de l'histoire du Pilharmoniker (1).

(1) Vienne, Nouvel An :fou: Comprendo ? Si senior ! Vous avez compris où on va en venir ?


En fait, c'est en février 1929, dans la salle Mozart Wiener Konzerthaus, que les musiciens prennent place pour la première fois face aux micros afin d'enregistrer les valses de Johann Strauß sous la direction de ... Erich Kleiber !

Bon, puis on va abandonner le double 's' (ß) cher aux germaniques et écrire non plus Stauß, mais Strauss !

Vous l'avez compris, ne vous fourvoyez pas ! On va parler du Wiener Philharmoniker, pas de Johann Strauss ! enfin, si, parce que parler de l'un sans parler de l'autre, ben ... c'est pas possible ! Mais j'ai bien dit plus haut : mais pas que ...
Eh oui, le petit Johann, il a un papa (Johann aussi), et des frères, certes moins illustres, mais quand même (Josef et Eduard).

Par Daniel Daniel Barenboim, "An der schönen blauen Donau" (Le Beau Danube Bleu) - Johann Strauss fils :
Et la non moins célèbre ...

Par Clemens Krauss, "Radetzky-Marsch", Marche de Radetzky - Johann Strauss père :
Un mot sur Clemens Krauss : Il est l'un des plus grands chefs du XXe siècle de cet orchestre prestigieux, et c'est à lui que l'on doit cette institution du Concert du Nouvel An depuis 1940. J'ai choisi cet enregistrement de Krauss, car personne n'a fait sonner "la Marche" avec autant de tension, mais aussi de souplesse.

... à suivre ....
4 x
aimé par: JiDé, Zaphale, xs4u, Yopla22
Avatar du membre
Pol
Le frérot du JiDé
Messages: 5286
Enregistré le: mar. 22 déc. 2015 13:10
Localisation: Galice (espagne)
x 4948
Genre:
Zodiaque:

Re: La discographie du Polo

Message par Pol » mer. 15 mai 2019 22:31

Wiener Philharmoniker (Orchestre Philharmonique de Vienne)(suite ...)
.
.
.
Quelle que soit le rang que l'on attribue au Philharmonique de Vienne au sein des grands orchestres internationaux, cette formation n'a pas d'équivalent lorsqu'elle joue Strauss. Wilhelm Furtwängler (chef de 1927 à 1930), lors de la célébration du centenaire de l'orchestre en 1942, justifie cette place d'exception par le fait que les musiciens du Philharmoniker forment un orchestre exclusivement viennois. Cette légion de virtuoses de haut vol ne compte que des enfants du même pays, de la même ville, cas unique au monde.
.
Par Herbert von Karajan, Kaiserwalzer (Valse de l'Empereur) - Johann Strauss fils :
Personnellement cette valse est la plus belle des valses viennoises
.
.
Par Zubin Mehta, Dorfschwalben aus Österreich (Hirondelles d'Autriche) - Josef Strauss :
.
.
Par Herbert von Karajan, Frühlingsstimmen (Voix du Printemps) - Johann Strauss fils :
3 x
aimé par: JiDé, Zaphale, xs4u
Avatar du membre
Pol
Le frérot du JiDé
Messages: 5286
Enregistré le: mar. 22 déc. 2015 13:10
Localisation: Galice (espagne)
x 4948
Genre:
Zodiaque:

Re: La discographie du Polo

Message par Pol » jeu. 16 mai 2019 21:49

Wiener Philharmoniker (Orchestre Philharmonique de Vienne)(suite ...)
.
.
.
Le plus populaire des concerts, le concert du Nouvel An, eut une genèse tout à fait atypique. En 1938, les Nazis au pouvoir décident de dissoudre le Philarmoniker de Vienne et il fallut de nombreuses interventions dont celle de Wilhelm Furtwängler , pour que le décret fût abrogé. Les musiciens purent même garder une grande liberté artistique et une autogestion démocratique dans un cadre toutefois restreint. C'est précisément à cette période de craintes permanentes pour l'avenir de la formation que les musiciens manifestèrent leur originalité : avec un programme exclusivement réservé aux Strauss, ils affirmaient clairement leur attachement à l'Autriche qui n'avait plus sa place dans le monde d'alors.
.
par Mariss Jansons, Du und Du (Dis-moi tu, Dis-moi toi) - Johann Strauss fils :
.
.
Par Daniel Barenboim, Annen Polka (Anna Polka) - Johann Strauss fils :
.
.
Par Mariss Jansons, Pizzicato-Polka - Josef et Johann Strauss fils :
.
Ce premier concert du Nouvel An eut donc lieu le 31 décembre 1939 dans la grande salle du Musikverein, sous la direction de Clemens Krauss qui dirigea cet orchestre jusqu'à la fin de la guerre, puis vînt Josef Krips, puis à nouveau Clemens Krauss de 1948 à 1954. Sa mort subite posa de gros problèmes de succession aux musiciens du Philharmoniker. Après plusieurs assemblées générales de l'orchestre, la direction fut confiée à Willi Boskovsky, alors premier violon - violon solo de l'orchestre. Une chance inespérée : durant 25 années, de 1955 à 1979, Boskovsky dirigea ce concert et le marqua si profondément de son empreinte que sa démission pour raison de maladie signifia la fin d'une époque ...
.
.
Par Willi Boskovsky, Wiener Bonbons (Bonbons Viennois) - Johann Strauss fils :
.
.
... Willi Boskovsky représentait en effet cette vieille Autriche qui n'existe que que dans le charme de la musique des Strauss et qu'il rendait présente quand il prenait son violon, oubliant et faisant oublier le monde qui l'entourait.
.
.
Par Willi Boskovsky, Lorelei Rhein Klänge (Sons de la Loreleï) - Johann Strauss père :
4 x
aimé par: JiDé, Zaphale, Yopla22, xs4u
Avatar du membre
Pol
Le frérot du JiDé
Messages: 5286
Enregistré le: mar. 22 déc. 2015 13:10
Localisation: Galice (espagne)
x 4948
Genre:
Zodiaque:

Re: La discographie du Polo

Message par Pol » ven. 17 mai 2019 19:06

Wiener Philharmoniker (Orchestre Philharmonique de Vienne)(suite ...)
.
.
.
En 1980, Le Philharmoniker choisit Lorin Maazel, un chef de réputation internationale, qui dirigea le concert jusqu'en 1986. Ensuite, l'orchestre changea de chef chaque année : en 1987 Herbert von Karajan avec un concert inoubliable, puis Claudio Abbado (1988 et 1991), Carlos Kleiber (1989), Zubin Mehta (1990) ... Cette manière de procéder garantit une diversité d'interprétation et tous les grands chefs d'orchestre s'attachèrent à interpréter les œuvres des Strauss, comme un hommage au Philharmoniker, et à une dynastie d'artistes dont le génie et le charme ont depuis longtemps conquis le monde entier.
.
Par Josef Krips, Accelerationen (Accélérations) - Johann Strauss fils :
.
Par Daniel Barenboim, Waldmeister (l'Aspérule) - Opérette - ouverture - Johann Strauss fils :
.
Par Willi Boskovsky, G'schichten aus dem Wienerwald (Légendes de la Forêt Viennoise) - Johann Strauss fils :
.
Par Georges Prêtre, Auf der Jagd (A la Chasse) - Johann Strauss fils :
.
Par Zubin Mehta, Rosen aus dem Süden (Roses du Sud) - Johann Strauss fils :
(Avec distribution gratuite de roses à la fin du morceau ...)
.
Par Zubin Mehta, Wein, Weib und Gesang (Aimer, Boire et Chanter) - Johann Strauss fils :
(Quelle salle magnifique, à l'acoustique fantastique que la Salle Dorée du Musikverein)
.
Le concert du Nouvel An est retransmis dans 92 pays et son écoute est estimée à 50 millions de personnes.
.
Par Riccardo Muti, Leichte Kavallerie (Cavalerie Légère) - Franz von Suppé
3 x
aimé par: JiDé, xs4u, Zaphale
Répondre