Les Nouvelles:

Pour les invités, n’hésitez pas !!, entrez !!, on ne mord pas :rires4: :yè:

La discographie du Polo

Tout ce qui concerne la musique, classique, Pop, Rock, Hip Hop, R&B, Rap,reggae, Métal, variétés, Classique, votre collection musicale, albums ou Cd que vous voulez nous faire découvrir.

Modérateur : JiDé

Répondre
Avatar du membre
Pol
Le frérot du JiDé
Messages : 2150
Enregistré le : mar. 22 déc. 2015 13:10
Localisation : Galice (espagne)
x 2425
Genre :
Zodiaque :

Re: La discographie du Polo

Message par Pol » ven. 4 mai 2018 23:50

Faust - Charles Gounod (1818-1893)
Charles Gounod nait à Paris en 1818, fils du peintre François-Louis Gounod. Orphelin à 5 ans, il est élevé par sa mère, femme de caractère, intelligente et musicienne. Entré au conservatoire, second prix de Rome en 1837, premier en 1939, il vit à Rome jusqu'en 1841. Il rencontre souvent Ingres qui l'invite à cultiver ses dons pour le dessin. Rentré à paris au printemps 1843, après être passé par Vienne diriger deux de ses œuvres et par Leipzig où il rencontre Mendelssohn, il devient organiste et maître de chapelle aux missions étrangères. Une crise mystique lui fait porter soutane et signer Abbé Gounod. Si ses œuvres ne sont pas très connues du grand public (sauf "Faust" et son "Ave Maria"), il a su donner le meilleur de lui-même et apporter une poésie certaine face au bel canto ou du romantisme germanique : à cet égard, Bizet, Lalo, Massenet, Saint-Saëns lui sont redevables. Ainsi Charles Gounod aura-t-il contribué à réorienter la musique française vers son propre génie : sa dilection pour la mesure et la clarté.

Ave Maria - créée le 24 mai 1859 - Chanté par Jessye Norman.


Faust est un opéra en cinq actes, d'après la pièce éponyme de Goethe, créé en 1859 au Théâtre-Lyrique (théâtre démoli dans le cadre des aménagements d'Haussmann place de la République). Les 57 représentations de la première année mettent Faust très largement au-dessus des autres œuvres à l'affiche. La popularité de Faust ne se dément pas au fil des ans, et le Metropolitan Opera de New York le choisi pour sa soirée inaugurale le 22 octobre 1883. Ce triomphe mondial évoque peu une œuvre maudite !

Ouverture : Sombre, lugubre, laisse bien augurer du drame qui va se jouer.
Acte 1 - scène 1 Dans son laboratoire encombré de cornues et grimoires, le vieux docteur Faust médite sur la vanité de ses recherches auxquelles il a consacré sa vie. Les chants joyeux qui lui parviennent de l'extérieur, saluant le printemps, ne font qu’aggraver son désespoir et il s'apprête à vider une coupe remplie de poison. Cependant, dans un dernier sursaut, il invoque Satan plutôt que Dieu dont il se croit abandonné.


scène 2 : Méphistophélès apparaît aussitôt et lui offre fortune, gloire et puissance. Mais ce que veut (ingénument) Faust, ce n'est que la jeunesse, encore plein d'illusions malgré son grand âge. Le mystérieux visiteur se fait fort de la lui rendre, moyennant une simple formalité : la cession de son âme pour l'éternité. Comme Faust hésite encore, le Malin fait apparaître l'image de Marguerite. A peine a-t-il signé qu'il se transforme en élégant jeune seigneur richement vêtu.
6 x
Zaphale, Hugul, JiDé, manie, Xsara75, xs4u
Avatar du membre
Pol
Le frérot du JiDé
Messages : 2150
Enregistré le : mar. 22 déc. 2015 13:10
Localisation : Galice (espagne)
x 2425
Genre :
Zodiaque :

Re: La discographie du Polo

Message par Pol » sam. 5 mai 2018 23:32

Faust - Charles Gounod (1818-1893) Suite ...
Acte 2 - scènes 1 à 5 Dans la truculente agitation d'une kermesse populaire, Valentin, qui va partir pour la guerre, s'inquiète non pas pour lui que protège une médaille sainte offerte par sa sœur Marguerite, mais pour elle qu'il va laisser seule. Rassuré par Siebel qui se chargera de veiller sur elle, Valentin se joint à ses compagnons qui s'attablent pour boire et chanter. L'un d'eux (Wagner) donne l'exemple mais un étranger lui coupe la parole en s'invitant cavalièrement ... C'est Méphistophélès qui se taille un beau succès avec la ronde du veau d'or.
Puis ce singulier personnage offre un échantillon de ses talents de sorcier ... Il prédit à Wagner qu'il sera tué au combat et à Siebel qu'il ne pourra toucher une fleur sans qu'elle ne se fane. Puis recrachant le vin qu'on lui sert, il en fait jaillir un autre de l'enseigne de la taverne. S'en est trop pour Valentin qui tire son épée du fourreau, mais sur un geste de Méphistophélès elle se brise en deux. Tous comprennent qu'ils ont affaire à quelque suppôt de Satan et lui présentent la garde de leurs glaives. Devant le signe de croix, Méphistophélès perd toute superbe et se met à ramper comme pour rentrer sous terre. Les soldats l'abandonnent au moment où arrive Faust qui exige que Méphistophélès le mette en présence de Marguerite. Patience, elle va passer. Elle passe effectivement en sortant de l'église, parmi les couples qui tournoient au son d'une gracieuse valse.
Tandis que Méphistophélès éloigne l'infortuné Siebel, Faust se décide à aborder la vertueuse Marguerite qui le renvoie poliment à ses chères études, le laissant plus décontenancé et amoureux que jamais.
6 x
Zaphale, Hugul, JiDé, manie, Xsara75, xs4u
Avatar du membre
Pol
Le frérot du JiDé
Messages : 2150
Enregistré le : mar. 22 déc. 2015 13:10
Localisation : Galice (espagne)
x 2425
Genre :
Zodiaque :

Re: La discographie du Polo

Message par Pol » dim. 6 mai 2018 23:35

Faust - Charles Gounod (1818-1893) Suite ...
Acte 3 - scènes 1 à 8 Le jardin de Marguerite, au crépuscule ... Siebel s'y glisse et cueille un bouquet pour celle qu'il aime en secret, mais à peine touche t-il les fleurs qu'elle se flétrissent sous ses doigts. Mais une idée lui vient : s'il trempais ses mains dans l'eau bénite, peut-être le sortilège cesserait-il ? et effectivement. Ignorant que Méphistophélès et Faust sont entrés sur ses talons et l'épie, il dépose le bouquet sur le perron et s'enfuit, guilleret. Méphistophélès rit sous cape et annonce à Faust que le bouquet ne pèsera pas lourd face au trésor qu'il dépose près du bouquet de Siebel. Marguerite parait, se demandant quel était ce beau jeune homme qui, le matin même, l'avait abordé. C'est alors qu'elle aperçoit le bouquet, sans doute de Siebel (*pauvre garçon), puis le coffret qu'elle ouvre et elle n'hésite pas à se parer des bijoux qu'il contient ...

L'air des bijoux (vous savez, Tintin, la Castafiore, "ah ! je ris de me voir si belle en ce miroir")


Marguerite est parée des bijoux lorsque survient dame Marthe qui lui dit que son mari était moins généreux. C'est à ce moment qu'apparait Faust. Il s'attendrit de plus en plus en écoutant les confidences de Marguerite? Puis Méphistophélès, discret, en appelle aux subtils parfums de la nuit pour ajouter au trouble de Marguerite. La jeune fille résiste tant et plus et court se barricader chez elle. Faust, toujours naïf, se contenterait de cet aveu si Méphistophélès n'arrivait à point pour lui reprocher sa jobardise "Écoutez, cher Docteur, ce qu'elle va conter aux étoiles !".

"Il m'aime ..."


Faust écoute et entend Marguerite à sa fenêtre l'appeler de tous ses vœux. Il ne se défend plus et se précipite, sans se soucier des ricanements sardonique de son maître en débauche.
6 x
Hugul, JiDé, Zaphale, manie, Xsara75, xs4u
Avatar du membre
Pol
Le frérot du JiDé
Messages : 2150
Enregistré le : mar. 22 déc. 2015 13:10
Localisation : Galice (espagne)
x 2425
Genre :
Zodiaque :

Re: La discographie du Polo

Message par Pol » lun. 7 mai 2018 23:14

Faust - Charles Gounod (1818-1893) Suite ...
Acte 4 - scènes 1 à 7 Marguerite pleure dans sa chambre, enceinte des œuvres de Faust qui n'a pas reparu. La voici au fond de l'église, suppliant le seigneur de lui pardonner, mais des voix venues de l'enfer s'interposent. Le chœur religieux est couvert par les voix des démons "Marguerite, sois maudite". Elle perd connaissance ...
Les soldats sont de retour, musique en tête.

Le fameux "Gloire immortelle de nos aïeux"
Siebel explique difficilement à Valentin ce qui s'est passé durant son absence. C'est alors que reviennent Faust et Méphistophélès. Valentin provoque Faust en duel, mais ce sera un duel à trois : Méphistophélès s'arrange pour parer les coups de Valentin, pour ne laisser à Faust que le souci de frapper. Il tue Valentin et les deux compères s'enfuient.
6 x
JiDé, Hugul, Zaphale, manie, Xsara75, xs4u
Avatar du membre
Pol
Le frérot du JiDé
Messages : 2150
Enregistré le : mar. 22 déc. 2015 13:10
Localisation : Galice (espagne)
x 2425
Genre :
Zodiaque :

Re: La discographie du Polo

Message par Pol » mar. 8 mai 2018 23:22

Faust - Charles Gounod (1818-1893) Suite et fin ...
Acte 5 - scène 1 Dans les montagnes du Hartz, son empire où se déroule la nuit de Walpurgis, Méphistophélès entraîne un Faust épouvanté.

La nuit de Walpurgis
Les reines et grandes courtisanes de l'Antiquité païenne présentent à Faust le breuvage qui lui fera oublier son passé. Mais soudain Faust a la vision de Marguerite, le cou enserré d'un "foulard rouge étroit, tranchant comme un fer de hache". Il se ressaisit aussitôt et ordonne à Méphistophélès de le conduire près d'elle.

scène 2 Marguerite est en prison pour avoir, dans son désespoir, tué l'enfant du péché et doit être exécutée à l'aube. Par l'un des artifices de Méphistophélès, Faust réussit à pénétrer dans le cachot. Il se fait reconnaître, et tente d'étreindre Marguerite mais celle-ci le rejette "va, tu me fais horreur", et tombe morte sur son grabat. "Jugée" selon Méphistophélès, "Sauvée" d'après le chœur des anges.

Un final grandiose, à la hauteur de l’œuvre
__________________________________________________________________________________________

Faust - Charles Gounod (1818-1893) Musique de ballet
Des musiques toutes plus belles les unes que les autres, faisaient suite à l'opéra lui-même. Elles sont au nombre de sept.

1) Les Nubiennes (tempo de valse) dite "Valse de Faust"
2) Adagio
3) Danse Antique
4) Variations de Cléopâtre
5) Les Troyens
6) Variations du miroir
7) Danse de Phryné
6 x
JiDé, Hugul, Zaphale, manie, Xsara75, xs4u
Avatar du membre
Pol
Le frérot du JiDé
Messages : 2150
Enregistré le : mar. 22 déc. 2015 13:10
Localisation : Galice (espagne)
x 2425
Genre :
Zodiaque :

Re: La discographie du Polo

Message par Pol » mer. 9 mai 2018 23:45

Après ce petit tour d'horizon de la période romantique, il est temps de s'intéresser à la période baroque, avec ce premier compositeur ...
Georg Friedrich Haendel (1685 - 1759)
Georg Friedrich Haendel est un compositeur allemand, naturalisé anglais en 1726 (son nom devient George Frideric Handel). Il est né à Halle (Allemagne) en 1685 et mort à Londres en 1759. C'est un compositeur de l'époque baroque.
Son père voulait faire de lui un juriste, mais le jeune Georg Friedrich montra très tôt des dons exceptionnels pour la musique, ce que sa mère devina. L'enfant fut confié à Zachow, remarquable musicien de Halle, qui lui enseigna fugue, contrepoint, composition, ainsi que la pratique de plusieurs instruments dont clavecin, orgue, violon, hautbois, violoncelle. Le jeune homme devint à 17 ans organiste de la cathédrale de Halle. déçu et mécontent de la situation musicale à Hambourg, il partit pour l'Italie (1706-1710), puis retour en Allemagne, à Hanovre, pour deux ans avant d'aller présenter son opéra Rinaldo à Londres. En 1717, pour le roi George 1er, il écrit la célèbre Water Music.

Extrait de la suite n°2 de la Water Music - Alla Hornpipe -
En 1741 il compose un Oratorio ... Messiah (le Messie) considéré aujourd'hui comme le chef d’œuvre du genre.

Messiah - Hallelujah
En 1749, il publie Music for the Royal Fireworks (musique pour les feux d'artifice royaux), commande du roi George pour célébrer la paix d'Aix la Chapelle.

Music for the Royal Fireworks
George Frideric Handel s'éteint le 14 avril 1759. Le 20 avril, trois mille personnes lui rendent hommage à l'abbaye de Westminster où désormais il repose.


___________________________________________________________________________________

Bonus : Cet air que beaucoup connaissent a été composé par Haendel en 1726-1727 ...
Utilisations :
- L'hymne de la Ligue des champions de l'UEFA, joué en introduction des retransmissions télévisées de chaque événement, ainsi que lors des cérémonies d'avant match, est inspiré de cette composition.
- Ce morceau est quasi quotidiennement demandé sur les stations de radio de musique classique "populaires" (telles que Classic FM) au Royaume-Uni.
- Mary Elizabeth Donaldson a utilisé ce morceau pour sa montée vers le chœur de la Cathédrale de Copenhague lors de son mariage avec le Prince Frederik de Danemark, le 14 mai 2004.
- Cette musique est utilisée de manière ironique dans le film tiré de la pièce d'Alan Bennett La Folie du roi George (plage He Will Be Restrained sur la B.O.).
- Utilisé dans les films publicitaires des croisières P&O.
- Utilisé dans le film Mary and Max.
- Utilisé dans le film Johnny English.
- Utilisé dans le film Victoria : Les Jeunes Années d'une reine.
- Utilisé dans le film Choses secrètes de Jean-Claude Brisseau.
- Utilisé dans l'opéra pasticcio The Enchanted Island, créé au Metropolitan Opera le 31 décembre 2011.
- Utilisé dans la scène de couronnement d'Elisabeth II dans la série The Crown. (Wiki)
6 x
Zaphale, Hugul, JiDé, manie, Xsara75, xs4u
Avatar du membre
Pol
Le frérot du JiDé
Messages : 2150
Enregistré le : mar. 22 déc. 2015 13:10
Localisation : Galice (espagne)
x 2425
Genre :
Zodiaque :

Re: La discographie du Polo

Message par Pol » ven. 11 mai 2018 23:16

Après un compositeur allemand, Haendel, un compositeur italien, Vivaldi, toujours de l'époque baroque ...
Antonio Vivaldi (1678 - 1741)
Antonio Vivaldi est né à Venise en 1678 et mort en Autriche, à Vienne en 1741. C'est un compositeur italien de l'époque baroque.
Fils de violoniste, violoniste lui-même, tonsuré à 15 ans, ordonné prêtre à 25, il sut se faire exempter de ses devoirs ecclésiastiques dès 1703 et put se consacrer à la composition et à l'enseignement de la musique. Il devait rester fidèle à cette fonction jusqu'en 1740. Il voyagea beaucoup, comme virtuose et comme compositeur : Rome, dresde, Darmstadt, Amsterdam où l'essentiel de son œuvre fut publié, Florence, Prague, et Vienne enfin où il mourut.
Il semble que toute sa vie, Vivaldi ait été considéré comme un artiste hors normes, volontiers extravagant, voire scandaleux (son goût pour l'argent et l'éclat, ses amours vraies ou supposées avec une mezzo-soprano). L'importance de son œuvre, idéalement symbolisée par la série de quatre concerto suggérés par les quatre saisons, vient de l'autorité avec laquelle il sut rejeter le concerto grosso de Corelli pour imposer très vite une forme plus brève (huit à dix minutes). Soliste lui-même, il pratiqua tout naturellement cette forme concertante, alors que la sonate, la symphonie ou le quatuor étaient à la veille de naître (voir ci-dessus dans la description de l'époque classique).

La série de quatre concertos, Les Quatre Saisons
Il consacra tout son génie à découvrir de nouvelles combinaisons rythmiques et harmoniques et des alliages imprévus d'instruments, ainsi qu'à donner le premier plan à des instruments tels le violoncelle ( vingt-sept concerto), le basson (trente-neuf), sans oublier le hautbois ni la flûte, voire d'autres instruments plus marginaux comme la mandoline ou l'orgue.

Le concerto pour mandoline en ut majeur RV425
L’engouement des musiciens et du public envers ce compositeur prolifique (environ huit cents œuvres, dont 80 opéras) semble avoir nui à l'idée que l'on doit se faire d'un créateur d'une telle envergure. Le fait qu'il ait été oublié jusqu’aux travaux de Marc Pincherle en 1913 n'est sans doute pas étranger au fait qu'on ait souhaité tout réentendre. Aussi est-il temps de restaurer Vivaldi dans son authenticité, dans sa diversité et dans sa grandeur.

Le concerto pour deux trompettes, cordes et basse continue
6 x
Hugul, JiDé, manie, Xsara75, Zaphale, xs4u
Avatar du membre
manie
Fait sont CiNoche
Messages : 4123
Enregistré le : sam. 2 janv. 2016 11:25
Localisation :
x 4380

Re: La discographie du Polo

Message par manie » sam. 12 mai 2018 20:36

Merci mon Polo !! Presque par cœur je connais "les 4 saisons" tellement j'ai écouté !! :ouioui:
Pas pu tout écouter les autres ... mais sous le coude et merci beaucoup !! :amities:
Ce topic me fait vraiment plaisir Pol !
Tellement admirative de ces musiciens qui composaient des partitions pour orchestres ... sur papier, à la plume...
Continues surtout !! :^^:
3 x
Xsara75, Zaphale, xs4u
" Heureux les félés, car ils laissent passer la lumière" Michel Audiard
Avatar du membre
Pol
Le frérot du JiDé
Messages : 2150
Enregistré le : mar. 22 déc. 2015 13:10
Localisation : Galice (espagne)
x 2425
Genre :
Zodiaque :

Re: La discographie du Polo

Message par Pol » sam. 12 mai 2018 21:00

manie a écrit :
sam. 12 mai 2018 20:36
Merci mon Polo !! Presque par cœur je connais "les 4 saisons" tellement j'ai écouté !! :ouioui:
Pas pu tout écouter les autres ... mais sous le coude et merci beaucoup !! :amities:
Ce topic me fait vraiment plaisir Pol ! Continues surtout !! :^^:
Mais de rien, manie, c'est aussi mon plaisir ...
Généralement, l'époque baroque plait beaucoup aux dames. Pourquoi ? Ben je dois avouer que je ne sais pas.
Prochainement, du Jean-Sébastien Bach, et j'aurai fait le tour du baroque que, moi, je n'emmènerai pas sur une île déserte!
Donc, impasse sur Corelli, Rameau, Telemann, et autre Charpentier ...
Continuer ? Oui, je suis loin d'avoir fait le tour et d'avoir parler de toute ma discothèque qui doit compter 300 CD. Prochainement, la vie et l’œuvre de Mozart, le plus grand et génial de tous les compositeurs, toutes époques confondues. Et puisque je parlerai de Mozart, je m'attarderai sur Vienne, incontestablement la capitale mondiale de la musique dite "classique".
:amities: :bisous2:
5 x
Hugul, manie, Xsara75, Zaphale, xs4u
Avatar du membre
manie
Fait sont CiNoche
Messages : 4123
Enregistré le : sam. 2 janv. 2016 11:25
Localisation :
x 4380

Re: La discographie du Polo

Message par manie » sam. 12 mai 2018 21:19

Le baroque... ? oui peut-être... je ne sais pas :^^:
Disons que préfère tjrs les accords mineurs :^^:
Mozart, Beethoven, F. Liszt :bien:
Wagner, Strauss ... moins

Un Cd de Bach que je me repassais en boucle et que j'adorais mais incapable de te citer le nom des morceaux :cache:
Mon préféré c'est qq même Chopin :^^:
Merci encore en tout cas !
3 x
Xsara75, Zaphale, xs4u
" Heureux les félés, car ils laissent passer la lumière" Michel Audiard
Répondre